fr / en

Château Thivin - Claude Geoffray

Château Thivin

Zaccharie GeoffrayZaccharie Geoffray

Au XIIème siècle, un manuscrit fait mention qu'une Dame a fait don au Sire de Beaujeu HUMBERT III de sa propriété de "40 hommes" : le Clos de Brouilly, cédé, ensuite aux Chanoines de Saint Irénée de Belleville.
Au XIVème on construit la première partie du manoir que l'on appellera plus tard Château Thivin. La date de 1383 figure encore au dessus de la porte d'une petite cave. Puis le marquis de Vichy en fut propriétaire jusqu'à la Révolution.

Ensuite, il est vendu comme bien national à un avocat du Parlement, Mr Thivind qui lui apportera son nom définitif. C'est le 8 Juin 1877, année de fortes gelées et de phylloxéra, que Zaccharie GEOFFRAY, (mon ancêtre) alors fermier près de Villefranche sur Saône, achète aux enchères Château Thivin avec un peu moins de 2 hectares de vignes. A partir de 1894 son Fils Claude agrandira beaucoup le domaine par l'acquisition de vignes et de maisons.

De retour de la grande guerre, Claude, fils du précédent, va reprendre le domaine et surmonter les méventes des années 30 en créant l'appellation "Côte de Brouilly". Il va beaucoup s'investir avec son épouse Yvonne pour faire connaître et développer le cru Côte de Brouilly mais aussi le Beaujolais avec la création de la Maison du Beaujolais en 1953.

Ils recevront beaucoup de personnalités des arts et de la presse comme en atteste le passage de Colette à Château Thivin durant les vendanges de 1947: "La cour couverte résonnait de voix, de roues, de pas lourd-chaussés, car les quarante vendangeurs du domaine descendaient à leur repas, escortés de leur gaillarde et vineuse odeur. J'aurais bien voulu les suivre".

En 1948 des journalistes et des gastronomes prestigieux tels que Curnonsky, Clos-Jouve, Henri Monnier du Canard Enchaîné et bien d'autres fondent dans la salle des vendanges du château, l'Académie Rabelais, qui officie toujours. Claude et Yvonne Geoffray n'ayant pas eu d'enfant, c'est leur neveu Claude, mon père, qui sera l'ardent défenseur de toutes ces actions et l'une des figures marquantes du Beaujolais. Mes aînés, trop tôt disparus, me laissèrent la responsabilité de Château Thivin en 1987 avec mon épouse Evelyne (qui apporte un autre domaine familial : "Le Manoir du Pavé").

toits de tuiles écaillées vernisséestoits de tuiles écaillées vernissées

En 2007 mon fils Claude-Edouard nous a rejoint après avoir fait une formation pointue en viticulture et oenologie à l'école de Changins en Suisse et de nombreux stages dans différentes exploitations viticoles en France et à l'étranger.

En plein coeur du Beaujolais, Thivin, c'est une atmosphère particulière, celle d'un petit château de taille humaine, avec ses toits de tuiles écaillées vernissées, niché au flanc de la colline de Brouilly et entouré de vignes. Le côté traditionnel de cette demeure se veut l'allié d'une technicité du vin irréprochable ; car dans le cuvage à plusieurs niveaux, tout à été pensé pour travailler par gravité et respecter le raisin et le vin. Une belle cave voûtée de pierres bleues permet l'élevage du vin en foudres de chêne et une autre, plus ancienne, sous le château permet la conservation des bouteilles dans les meilleures conditions.

Suivez-nous sur Facebook | Création PMP CONCEPT